Le rire de Sarah devrait vous convaincre qu’il faut une bonne dose d’abnegation pour se lancer dans un métier lié à l’agriculture. Des normes, des difficultés à trouver du terrain avec parfois peu de soutien des instances sont autant de raison de ne pas y aller. Et pourtant, ils sont nombreux à se reconvertir ou à se lancer dans les métiers en contact avec la terre. Sarah Combrichon cherchait du sens et elle l’a trouvé.
Ha une dernière chose elle a lancé un financement participatif pour son irrigation :
(Visited 68 times, 1 visits today)